adieu pangolin, bonjour 2021 !

Afin de conjurer cette année 2020, il a été proposé aux deuxièmes années de DNMADe d’engager un travail autour de l’absurde, maître-mot de cette année passée.

Il s’agissait donc de concevoir une collection de quatre tablettes de chocolat pour le Chocolat des Français, destinée à accompagner les saisons à venir. Chacun a ainsi tiré au sort deux mots devant diriger ses recherches, termes porteurs bien évidemment d’absurde, d’humour et de décalage. Au programme, des chatons côtoyant des cow-boys, des poulpes et des rayons gamma, mais aussi quelques charentaises, caniches, minitel ou culturistes !

 

 

LE MOT « MOT »

En Septembre, un travail sur les caractères typographiques du mot « mot » a permis aux premières années d’appréhender la lettre dans ses dimensions d’objet à voir et à manipuler comme forme graphique.

Le mot se regarde autant qu’il se lit. Il se construit, in fine, par des techniques de tampographie qui explorent les potentiels de la linogravure ou de la découpe laser.

épicerie itinérante

Les étudiants de deuxième année de DNMADe Graphisme se sont penchés sur la création d’une identité visuelle mobile, flexible et peu coûteuse, pour une épicerie itinérante. Cette dernière, créée par cinq artisans des métiers de bouche, sillonne les proches campagnes pour permettre à tous d’avoir, non pas des produits de base, mais des produits de qualité, sans avoir besoin pour cela de se rendre en ville.

L’objectif était de faire vivre l’identité sur des supports aisés à investir comme des affichettes, cartes de fidélité ou calendrier des tournées. Puis des supports secondaires et des goodies sont venus compléter ce kit, ainsi que des tampons ou systèmes permettant une souplesse d’utilisation, ainsi qu’une interaction entre artisans et clients.

 

bon débarras

BON DEBARRAS est un workshop porté et encadré par le designer graphique Jérôme Sachs de Studioburo, auprès des deuxièmes et troisièmes années de DNMADe Graphisme.

Par binôme, et durant quatre jours, les étudiants se sont interrogés sur la disparition de la culture en cette période de pandémie, le vide laissé, la zone grise dessinée par cette absence. Chacun a pu ainsi délivrer un message qui lui est propre, convoquant un dispositif singulier et l’amenant à se positionner en tant que citoyen et futur designer graphique.

Il s’agissait alors de réfléchir et concevoir un manifeste/faire-part, aux techniques mixtes et aux avis contraires.

un outil pour la vie

Lors d’un workshop de quatre jours avec les DNMADE Graphisme 1re année et les BTS Design graphique 2e année, le designer marseillais Patrick Lindsay a abordé avec eux la question de la création d’outils singuliers.

La réflexion s’est portée sur la conception d’un outil, le plus souvent à partir d’éléments de récupération, permettant de faire tomber la barrière de la maîtrise du dessin afin de permettre à quiconque d’obtenir des tracés, des formes, aléatoires ou dirigés, et d’aboutir à un résultat visuel unique.

Chaque binôme d’étudiants a ainsi conçu son propre outil, puis en a proposé une expérimentation et restitution sous la forme d’un poster. Enfin, la réflexion s’est étendue à une micro-édition accompagnant l’outil, et aidant à sa découverte et sa prise en main.

journées portes ouvertes

Les 14 et 15 février se sont tenues des portes ouvertes un peu particulières, puisqu’elles célébraient également les 30 ans d’existence de la section Arts Appliqués et Design de la Cité scolaire Raymond Loewy.

L’occasion de revenir en images sur l’espace d’exposition des Design Graphique.